Référencement par LOGICIELREFERENCEMENT.COM

La bouteille ? Elle en a … 1ère partie.

Mis à jour : avr. 3

Très généralement elle est en verre.

En préambule deux mots de ce matériau. Dans la nature il a trois origines. Les volcans sous la forme de blocs exploités par l’homme depuis au moins cent mille ans selon les anthropologues. Il taillait dedans des pointes de flèches et des racloirs. Les météores sous la forme parfois de billes avec lesquelles il fabriquait des parures

. Eh oui coquet(te) déjà. La foudre sous la forme de petits tubes très fragiles créés lors d’impacts sur du sable. A ma connaissance aucune utilisation. Le verre manufacturé est apparu au Moyen Orient. Selon Pline l’Ancien des marchands Phéniciens l’auraient découvert alors qu’ils chauffaient leur nourriture sur un feu sur du sable. Est-ce une légende ? Peut-être ou peut-être y eut-il plusieurs inventeurs. Ce qui est tout à fait vraisemblable. Quoi qu’il en soit des archéologues ont découvert son emploi sous forme de glaçure sur des vases vieux de 70 siècles en Mésopotamie. Les Egyptiens réalisèrent des vase moulés 35 siècles plus tard. Encore une quinzaine de siècles et un Babylonien de génie, hélas inconnu, inventa la canne à souffler. La voie s’ouvrait pour notre bouteille. La marche sera encore longue.

En effet avant de monter la garde dans nos modernes flacons le vin à connu divers contenants. L’outre qui devait l’enrichir de ces senteurs animales qui aujourd’hui ont pratiquement disparu de notre paysage olfactif. Le dernier vin dégusté qui renardait vraiment très fort était un Trousseau 1983. Un vin qui marquait. La preuve, je m’en souviens. L’amphore qui aujourd’hui serait encore employée en Ouzbékistan. Certains paysans perpétueraient une coutume qui consiste à enfouir une amphore remplie du vin de l’année qui leur apporte un enfant. Amphore qui n’est ouverte qu’à l’occasion de son mariage. Le tonneau invention gauloise adoptée par les Romains en raison de sa facilité de manutention et de l’intérêt qu’il a pour la conservation du vin. Tous ces contenants servaient et pour l’un d’entre eux servent toujours au stockage. Pour le service Egyptiens et Grecs créèrent des pichets en verre ancêtres de nos modernes carafes.

Il fallut attendre le milieu du 17ème siècle et l’invention d’un Anglais pour voir la bouteille telle que nous la connaissons de nos jours. Cette bouteille doit beaucoup aux sujets de sa Gracieuse Majesté. En effet au début du 17ème siècle en réaction à la surconsommation de bois par l’industrie du verre un édit royal en réserva l’usage à la marine. Les verriers se reportèrent sur le charbon. Le verre dès lors coulé à plus haute température présentait de meilleures qualités mécaniques. A ce que j’ai cru comprendre l’aïeul de notre bouteille fut inventée par un diplomate. Il semblerait que très vite si ce n’est dès l’origine la bouteille connu ce fond évidé qui lui assure une meilleure stabilité et cette collerette renforcée qui permet au goulot de supporter le bouchage. Le bouchage avec des bouchons de liège encore une dette envers les anglais. Entretenant des rapports commerciaux avec portugais et aquitains ils possédaient les atouts pour mettre en pratique leur invention. Ils seraient à l’origine également de sa contenance. Un galon anglais mesurant environ 4,5 litres divisé par 6 on obtient 0,75 litre et on explique le conditionnement par 6 bouteilles. Dans cette histoire deux choses me dérangent un peu. A l’époque le litre n’était pas né même s’il avait un ancêtre d’une contenance voisine. La vente à la douzaine et donc à la demi-douzaine remonte au moyen âge. A l’époque on comptait avec le pouce sur les douze phalanges des quatre autres doigts. Un ancêtre rustique de nos calculettes ne nécessitant pas de recharge. Tu l’auras compris sur mon discours plane l’ombre de la bouteille bordelaise comme plane celle de celle-là qui fut deux fois reine. Je me suis dispensé de l’évoquer sachant que tu ne manquerais pas d’y penser.

Pour terminer sache qu’il fallut près de trois quart de siècle pour voir démarrer en France la fabrication industrielle des bouteilles. Je n’oublie pas qu’il n’y a pas que la bordelaise au doux pays de France mais je me réserve d’en parler dans un futur spot.

Merci d’avoir lu les élucubrations d’un des #compagnonsgrumeurs et merci plus encore de les compléter, consolider, corriger par tes commentaires.


Le Petit Barde Breton.