Référencement par LOGICIELREFERENCEMENT.COM

Ce que j'ose écrire à propos du Chardonnay et autres cépages : le Riesling.

A l’instar de nombreux cépages le Riesling serait d’origine mystérieuse et devrait beaucoup aux Romains du moins c’est ce que croit savoir ton serviteur l’un des #compagnonsgrumeurs.

Un célèbre naturaliste romain mort à Pompéi lors de l’éruption du Vésuve l’évoque ainsi que sa culture au premier siècle sous le nom d’Argitis Minor. Je m’interroge car une récente analyse de son ADN a démontré que dans la sève qui circule sous son écorce on note la signature d’une Vigne Sauvage et du Gouais ce qui en fait un lointain cousin du Chardonnay. Ce Gouais aurait été importé par les Huns mais ce ne serait qu’une légende doublée d’un trou d’au minimum une paire de siècles. Voici pourquoi je t’invite à faire un saut jusqu’au neuvième siècle.

Un Roi Germain impose alors, que le long du Rhin, les vignes soient plantées uniquement en Riesling. Faisant ainsi de ce Riesling un incontestable cépage allemand. Encore aujourd’hui bien qu’il soit présent dans de nombreuses régions viticoles du monde sa présence est majoritairement allemande bien que concurrencée par une forte implantation ukrainienne.

En France il a été longtemps cantonné à l’Alsace. Il n’y a que peu que pour lui la porte s’est entrouverte. Une expérience languedocienne n’aurait produit, à ce qu’on m’a dit, je n’ai pas dégusteé, que des résultats moyens.

Intéressons-nous donc à l’Alsace sa région française de prédilection.

C’est sur des sols granitiques ou schisteux sur les premières pentes des Vosges qu’il s’exprime le mieux et donne ses plus beaux crus. Il ne craint pas les grands froids hivernaux mais n’apprécie que modérément les gelées tardives bien qu’il ne soit pas un lève tôt. Sa vendange aussi est plutôt tardive. Il affectionne les expositions ensoleillées. D’ailleurs son palissage est relativement élevé pour qu’il soit plus proche du soleil sans doute. Sa taille est la Guyot comme en Bourgogne. Grosse différence entre les deux régions le rendement qui serait de quarante à soixante pour cent plus élevé en Alsace, à ce que j’ai pu lire. Comme tout le vivant il a ses maladies. La plus fréquente est la pourriture grise qui dessèche ses feuilles.

Il donne un vin de cépage et même de mono cépage comme son nom l’indique

En vin tranquille j’aime qu’il soit vif avec peu de sucre résiduel. Jeune j’apprécie ses arômes d’abricot, de fruits secs et sa persistance. Plus vieux alors qu’il développe quelques notes d’hydrocarbures je le goûte avec plaisir pour peu qu’il me fasse toujours saliver. Je le vois bien sur une bonne choucroute et plus encore si elle est cuisinée avec ce même vin.

En moelleux, selon mes papilles, il accompagne agréablement une tarte aux quetsches.

Ce bref exposé un peu lacunaire présente peut-être des inexactitudes. Je compte sur toi pour le corriger via tes commentaires. Merci d‘avance.

Le Petit Barde Breton l’un des #compagnonsgrumeurs.